Accueil > Marques

Marques

Dernier ajout : 2 juin 2013.

Articles de cette rubrique

  • Erotokritos

    2 juin 2013, par Celine

    On connaissait déjà la marque Erotokritos : du nom de son designer chypriote Erotokritos Antoniadis, jeune homme discret qui passe la moitié de son temps à Chypre où se situe son atelier de confection, cette griffe nous a toujours charmé pour son style technicolor, ultra moderne, mais en même temps très féminin ; et ceci, depuis sa création en 1994.

    C’est un vrai festival de couleurs, et les yeux sont ravis à chaque défilé, comme par exemple à l’ouverture de la fashion week à Athènes.

    Alors quel bonheur d’apprendre qu’une petite nouvelle est née ! Elle s’appelle Eros, sera la ligne bis de Erotokritos, avec le même style, les mêmes valeurs, avec toutefois des coupes un peu plus jeunes, plus modernes, et plus simplistes.

    Mais surtout the point is : cette deuxième ligne est moins chère que sa mère ! Alors, nul doute qu’ Eros va être à l’origine d’un raz-de-marée vers les points de vente parisiens, et d’ailleurs…

  • Chloé

    18 mai 2013, par Celine

    Chloé est une marque qui a fait ses preuves depuis les années 1950, date de sa création. Pourtant, elle connut des moments délicats.

    Gaby Aghion, égyptienne habitant dans le Paris des fifties, n’aime pas le new look Dior du moment, avec ses tissus rigides et ses coupes structurantes ; alors en 1965 elle présentera sa collection, sous le nom de Chloé, composée de tenues souples, près du corps, douces et agréables.

    C’est un buzz. Pendant quelques années, la marque pérennise, Aghion s’entoure de jeunes créateurs pour rester au plus près des nouvelles tendances. Mais avec le départ du jeune Karl Lagerfeld en 1983, Chloé s’effondre, et Karl est de nouveau appelé à la rescousse.

    Comme précédemment, son style bohème chic sut sauver la griffe. Puis en 1997, c’est l’arrivée de Stella McCartney, fraîche, décalée, romantique, qui mène Chloé jusqu’à la gloire internationale.

    Elle est remplacée par son amie Phoebe Philo, dans le style girly chic, qui trouve une continuité dans les collections qui se suivent, et crée la fameuse idée du sac phare que l’on retrouve dans chaque défilé.

    Quelques années plus tard, c’est Paulo Melim Andersson qui tiendra les rênes, et ce sera un nouveau tournant, plus minimaliste et cérébral, mais Chloé aura enfin gagné sa place dans le cœur des modeuses, et de manière définitive...

  • Balmain

    18 mai 2013, par Celine

    Pierre Balmain, né en 1914 en Savoie, était au début destiné à être architecte ; selon les souhaits de sa mère, il entreprend des études d’architecture à Paris. Mais il dessine un jour des costumes pour le Lido, et se réoriente, ayant trouvé sa vrai vocation.

    Il travaillera chez Molyneux, puis Lucien Lelong, deux très grands noms de l’époque. Mais la seconde guerre mondiale arrive, et Balmain est appelé sous les drapeaux. En 1940 pourtant, il est démobilisé, et décide de rentrer en Savoie chez ses parents.

    Il faudra que Lelong vienne lui proposer de reprendre les rênes de sa collection avec Dior, pour qu’il retourne dans la capitale. A la fin de la guerre, il se décide enfin à créer sa propre maison de couture, qui sera avec Balenciaga et Dior la pionnière d’un réel renouveau de la haute couture.

    Très vite, les stars se l’arrachent : on peut citer Marlène Dietrich, Brigitte Bardot, et Dalida, mais aussi les reines du Danemark et de Belgique. Il créera aussi les costumes de certaines compagnies aériennes et des JO de 1968.

    Mais avec la mort de Balmain en 1982, la marque connaît un réel déclin, jusqu’en 2002 : à cette date, Christophe Decarnin reprend la maison Balmain : la mode Balmain devient alors l’apanage des plus grandes stars : Céline Dion, Audrey Tautou, et même Gwyneth Paltrow.

  • Marni

    16 mai 2013, par Celine

    Créée en 1994, la griffe italienne Marni part d’une saga familiale : Il s’agit de la famille Castiglioni, dont le père Primo ouvre en 1970 une maison de fourrure à Milan. Il apprend à son fils Gianni son savoir-faire, et tout naturellement celui-ci reprend les rênes de l’entreprise, qui prospère sous le nom de Ciwi Furs.

    Mais au début des années 90, les mentalités changent et la fourrure est diabolisée ; la femme de Gianni, Consuela vient à la rescousse de son mari en dessinant une collection qui désacralise la fourrure, et introduit de nouveaux tissus. 3 ans plus tard, Marni est né, avec les 3 enfants Castiglioni et Consuela à sa tête.

    Aujourd’hui, les collections débordent de couleurs, et mélangent fourrure et les matières telles que la soie, le cachemire, les mousselines : les superpositions sont audacieuses mais délicieuses.

    En 2000, la 1ère boutique Marni ouvre à Londres, et la marque est présente sur les 6 continents. Elle a aussi lancé une ligne homme et une ligne enfants, ainsi qu’une gamme d’accessoires. What’s next ?

  • Les Prairies de Paris

    10 mai 2013, par Celine

    La collection été 2013 de Laetitia Ivanez va encore faire parler d’elle cette année : déjà, tout le monde l’attendait ; et puis, il faut dire que les modeuses ne seront pas déçues. Cette fois encore, on y retrouve la touche si rafraîchissante d’espièglerie colorée de la griffe, alliée à un minimalisme des plus élégants.

    On y découvre des couleurs d’une profondeur incroyable, sur des vêtements à la coupe parfaite. D’ailleurs, forts de cela, ils se suffisent à eux-même et sont souvent en un seul élément unique. Le plus exemple sera sans doute la robe bleu cobalt, mi genoux, au décolleté asymétrique.

    Par contre, en parallèle à ces pièces, la jeune marseillaise s’est amusée avec les accessoires : un casque avec une queue de raton laveur , ou des mocassins zébrés, par exemple, viendront ajouter une touche de folie à ces monuments de pureté.

    Bref, c’est un univers passionnant qui s’ouvre à nous, dans la nouvelle boutique les Prairies de Paris, au 23 rue Debelleyme, Paris 3ème…

  • Miss Sixty

    10 mai 2013, par Celine

    L’un est artiste, l’autre est un homme d’affaires hors pair : quand Wichy Hassan et Renato Rossi se rencontrent, le résultat se nomme « Miss Sixty ». Hassan est originaire de Tripoli, mais passe son adolescence à Rome, où il entreprend des études de langues.

    Cependant, l’art l’appelle, et il se lance dans la peinture : essai infructueux… Dès lors, il devient vendeur dans le prêt-à-porter, pour se rendre compte de la frustration de certaines modeuses dans leur recherche d’habits trendy et originaux.

    C’est pourquoi il ouvre une petite boutique qui offre les marques les plus branchées qu’il soit, puis, fort de son succès, un concept store nommé « Energie », pour lequel il dessine des mini-collections de denims.

    C’est là qu’intervient Renato Rossi, qui le pousse à s’associer avec lui pour créer leur propre enseigne : « Miss Sixty » voit le jour en 1991, et s’adressera à une femme optimiste, libérée, bohème et dynamique.

    Leurs collections s’axent principalement sur le jean, et ils deviennent très vite des concurrents sérieux pour Diesel ou Levi’s. Ainsi, à l’heure d’aujourd’hui, l’enseigne est présente dans plus de 90 pays…